Image Image Image Image Image
Scroll En Haut

En Haut

Emploi

Manifestation le 18 mars à Namur contre des réformes du gouvernement wallon – RTBF

On 19, Fév 2019 | In Emploi, Revue de presse, Wallonie |

Publié le 18/02/19 – Par Rudy Hermans

Après des manifestations en juin, septembre et novembre 2018 qui avaient  fait descendre des milliers de personnes dans les rues de Namur, une nouvelle action est annoncée le lundi 18 mars prochain.

Toujours dans le viseur: la réforme des APE (aides à la promotion de l’emploi), mais aussi d’autres réformes menées par le gouvernement wallon, et qui selon les syndicats portent les germes d’une « marchandisation des services à la population », d’une « asphyxie financière du tissu associatif », et d’une « diminution des moyens des services publics ».

Pas de vrai dialogue

« Le ministre régional de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR) confond vraiment concertation et conversation », déplore Pierre Malaise, directeur de la Confédération des employeurs du secteur sportif et socio-culturel.

« La concertation sociale n’existe plus avec cette majorité MR-cdH, confirme Marc Becker, secrétaire national de la CSC wallonne. On a l’impression que la situation est en train de s’aggraver, et ça menace les services publics, la cohésion sociale, le secteur non-marchand et toute la politique d’insertion socio-professionnelle. C’est vraiment une attaque frontale ».

« A la suite de nos précédentes manifestations, les lignes ont un petit peu bougé. Mais aujourd’hui, le ministre ne veut plus du tout évoluer, poursuit Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB wallonne. Il réclame des efforts, mais dans ces secteurs, c’est synonyme de pertes d’emplois, et bien plus que les 3000 ou 4000 habituellement cités. Les dégâts collatéraux seront énormes ».

Ministre inflexible

Directement mis en cause, Pierre-Yves Jeholet maintient son cap. « Cette réforme aurait dû voir le jour beaucoup plus tôt. Personne n’en a eu le courage, expliquait le ministre régional dans Le Soir ce matin. Je ne reculerai jamais à cause des critiques ou d’une échéance électorale ».

Le long bras-de-fer continue…