Image Image Image Image Image
Scroll En Haut

En Haut

EFT

05

Fév
2014

In EFT

André Antoine: «Le chômage wallon est sous contrôle»

On 05, Fév 2014 | In EFT |

Le ministre wallon illustre la « résistance » de la Wallonie en matière d’emploi. « A la différence de la Flandre, le nombre de chômeurs en Wallonie est inférieur à celui que l’on connaissait avant la crise », soutient-il.

En Wallonie, le chômage a progressé de 2,3 % durant l’année 2013, après deux années de baisse, selon les derniers chiffres de l’Onem, que nous révélions la semaine dernière. « Je ne nie évidemment pas les problèmes, notamment concernant les jeunes, mais ce qui ressort des chiffres, c’est une Wallonie qui résiste », indique André Antoine (CDH), le ministre wallon du Budget, de l’Emploi, de la Formation.

Une Wallonie qui résiste avec un chômage en hausse ? « Oui, répond le ministre. En France, on assiste à une explosion du chômage avant et après la crise. La Flandre a vu également une augmentation de son nombre de chômeurs de près de 10 %. Mais la Wallonie a tenu : le nombre de chômeurs est à présent inférieur à celui que l’on connaissait avant la crise. »

Pour André Antoine, le chômage des jeunes reste certes problématique, avec un taux de 29,6 %, mais il rappelle que Bruxelles affiche un taux de 35 %. « Et on sait que la catégorie des jeunes est souvent la plus touchée lors d’une crise économique. »

« N’oublions pas le facteur démographique »

Le ministre dévoile aussi une situation très contrastée en Wallonie : «  Entre les sous-régions, vous avez de grandes différences. Toutes catégories d’âge confondues, il y a 10 % de chômeurs à Nivelles et près du double à Mons ou à Charleroi. »

Pour André Antoine, la situation wallonne est donc sous contrôle. Dans le monde scientifique, certains estiment que cette résistance, notamment en comparaison avec la Flandre, serait due à la forte proportion d’emplois publics et subsidiés en Wallonie… « Je ne rejette pas cet argument, répond le ministre. Ceci peut jouer en notre faveur par rapport à d’autres régions. Mais d’autres facteurs jouent en notre défaveur. Je pense en particulier à la démographie. En raison de la natalité, il y a en Wallonie plus de jeunes qui arrivent sur le marché du travail, et nous devons les insérer. Malgré ce facteur démographique, nous résistons. »

Le ministre concède toutefois qu’une partie des Wallons reste craintive devant l’emploi marchand. « J’ai essayé de le développer et il faut continuer à le faire. Car un emploi public, vous le subsidiez en permanence. Un emploi marchand, vous le financez au début puis il se pérennise tout seul. »

Le ministre estime que la Wallonie n’a pas résisté par le seul fait de la structure de l’emploi. Il met en avant les mesures du gouvernement pour contrôler la situation. Le plan Marshall, mais aussi une série d’initiatives plus ponctuelles pour maintenir le chômage sous contrôle : aide au permis de conduire pour les jeunes et essentiellement les femmes, possibilité de tester plusieurs métiers en quelques mois, système informatique d’apprentissage des langues, aides à la mobilité, réductions de charges pour les chômeurs âgés, formation en alternance école-entreprise, etc.

André Antoine rempilera-t-il après les élections ? C’est peu probable. Avant la fin de la législature, il entend en tout cas couler en décret une partie des mesures qu’il a prises. « Je laisse un testament positif, contenu dans le plan Marshall 2022. Et je ferai passer plusieurs décrets ce lundi pour inscrire ces mesures dans la durée (plan langues, soutien aux indépendants qui s’installent, reconnaissance des formations, apprentissage en alternance, etc.). Car une mesure de soutien à l’emploi ne porte pas ses effets instantanément. Il faut d’abord qu’elle soit connue avant que les entreprises et les chômeurs puissent l’utiliser pleinement. »

BERNARD DEMONTY

http://www.lesoir.be/417266/article/actualite/belgique/2014-02-02/andre-antoine-chomage-wallon-est-sous-controle